Suite aux attentats de Paris en janvier, les actes islamophobes recensés ont été multipliés par 4 lors du premier semestre 2015.

Une escalade des actes islamophobes a été remarquée et dénoncée par l’Observatoire contre l’islamophobie lors du premier semestre de l’année 2015.

Il règne, depuis le début de l’année, un climat islamophobe en France. Et ce sont les chiffres qui le disent. Le site Marmiton.org l’a remarqué à ses dépens : il avait subi une vague d’insultes après avoir publié des recettes pour le Ramadan. Selon l’Observatoire contre l’islamophobie, les actes et menaces islamophobes, au premier semestre de l’année, ont presque été multipliés par… quatre ! On comptabiliserait en effet 274 actes islamophobes en 2015, contre 72 pour le premier semestre 2014.

Un phénomène qui a pris de l’ampleur

La raison ? Selon l’Observatoire contre l’islamophobie, ces actes seraient la conséquence des attentats de janvier. Preuve que l’islamisme et l’islamophobie se nourrissent l’un de l’autre, comme l’indiquait Nicolas Hénin, grand reporter, il y a peu. « Depuis la mise en place de l’Observatoire en 2011, nous n’avons jamais vu un phénomène aussi élevé. Cette explosion ne peut s’expliquer que par les actes terroristes commis depuis janvier, lesquels ne peuvent justifier la haine à l’égard de musulmans qui ne sont ni responsables ni coupables de tels crimes », affirme le président de l’Observatoire, Abdallah Zekri.

Dégradations de lieux de cultes, violences, menaces, injures… Les actes islamophobes ont explosé lors du premier trimestre. Si l’Observatoire lie ces épisodes avec les attentats de janvier, c’est notamment parce qu’ils ont commencé à baisser lors du deuxième trimestre de l’année. Mais selon Abdallah Zekri, « 15 % environ » des actes antimusulmans ne font l’objet d’aucune démarche auprès des services de police ou de gendarmerie. « Tous ces événements se déroulent sans réaction de la classe politique », dénonce Abdallah Zekri, qui met en avant un « climat d’islamophobie. »

Islamophobie : les actes et menaces ont quadruplé au premier semestre (ici)

Yassine Bannani

Laisser un commentaire