En Slovaquie, les autorités autorisent l'accueil de migrants sur leur territoire, à condition que ceux-ci ne soient pas musulmans.

Un pays a décidé d’accueillir deux-cents réfugiés syriens sur son territoire. Une belle action, si elle n’était pas entachée de discrimination religieuse.

Car dans ce pays, seuls les chrétiens seront acceptés. Ce pays est membre de l’Organisation des Nations unies, de l’Otan et de la zone euro. Et il s’agit de la Slovaquie, dont le ministre de l’Intérieur a déclaré que les chrétiens syriens « ont de grandes capacités potentielles de s’intégrer de façon transparente » à la société slovaque.

Pas de mosquées, pas de musulmans !

Un ministère de l’Intérieur qui se défend du pire… « Nous n’avons rien contre la religion et ce n’est pas de la discrimination. C’est juste un effort de la part de la Slovaquie pour réussir leur intégration. » Ce seront donc deux-cents réfugiés syriens triés sur le volet qui feront leur entrée en Slovaquie dans les deux années à venir. L’argument des autorités est clair : il n’y a pas de mosquées en Slovaquie, donc les musulmans ne sont pas les bienvenus, au grand plaisir de la fachosphère.

Et le ministère de l’Intérieur de poursuivre : « Si ces gens-là venaient en Slovaquie pour ensuite quitter notre pays, ce serait de la fausse solidarité et de la mauvaise foi. » De foi, il est donc question. Mais à condition qu’elle soit chrétienne, ce qui implique forcément la fidélité envers le pays d’accueil.

Un accueil de migrants sous certaines conditions religieuses… Drôle de solidarité ! A Bratislava, il ne fait donc ni bon d’être musulman, ni bon d’être grec, puisque le pays avait annoncé sa volonté d’arrêter de payer pour ce pays (pourtant composée à 98 % de chrétiens orthodoxes) au plus fort de la crise. Pas très halal !

La Slovaquie veut seulement accueillir des réfugiés chrétiens de Syrie (ici)

Yassine Bannani

Laisser un commentaire