A 29 ans, Abdessamad El Mahrad, ingénieur de formation, a cofondé avec Hanane Bey, la plateforme MeetnMake. Mais depuis tout petit, il rêvait de devenir « aventurier ». Il y a quelques mois, il a donc aussi lancé une web-série, The Abventures, où il réalise et filme ses expériences hors du commun. Interview.

LeMuslimPost : Qu’est-ce que la plateforme MeetnMake ?

Abdessamad El Mahrad : MeetnMake permet à des candidats de trouver l’entreprise qui correspond à leur personnalité et à l’entreprise de trouver un candidat qui correspond à ses attentes. Nous avons lancé MeetnMake officiellement depuis deux ans.

Cela consiste en un algorithme de matching par affinités. C’est pour cela que la plateforme est surnommée le « Meetic de l’emploi ». En effet il y a beaucoup de parallèles à faire avec les relations amoureuses car le choix de l’entreprise c’est un peu comme choisir son partenaire.

C’est ce qu’il s’est passé avec Hanane Bey. Il était nécessaire qu’on puisse évaluer et challenger notre relation professionnelle avant de se lancer. On a donc fait du rafting, du canoë. On a même traversé ensemble la France à vélo pour apprendre à mieux se connaître.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans ce projet ?

Hanane avait travaillé dans le luxe et avait remarqué qu’entre la description de l’offre de départ et ce qu’elle faisait au quotidien, il y avait une sacrée différence. De mon côté, je travaillais dans le conseil. J’avais aussi remarqué qu’entre l’ambiance qui avait été proposée au départ et l’ambiance sur le terrain, ce n’était pas la même chose.

A partir de ce constat, on s’est rendus compte qu’énormément de personnes avaient fait la même expérience. Beaucoup d’entreprises disent par exemple que leurs valeurs sont la bienveillance, l’innovation et le respect mais en réalité, ce n’est pas tout à fait ça.

                                                                                                  Hanane Bey (à gauche) et Abdessamad El Mahrad (à droite)

Comment cela se passe t-il concrètement sur le site pour les candidats et les entreprises ?

Du côté des candidats, tout est gratuit. Le candidat crée son profil et une sorte de CV totalement remanié, où il parle de ses compétences, de ses réalisations, de ses attentes, de ses valeurs, et des entreprises qu’il rêverait d’intégrer. On pose aussi des questions sur la personnalité du candidat. Le recruteur aura accès par la suite à ces informations et cela lui permettra d’en savoir plus sur le postulant. 

Du côté des entreprises, on a développé aussi un questionnaire pour connaître l’environnement de travail qu’elles souhaitent impulser à leurs collaborateurs. 

Les recruteurs et les candidats peuvent donc voir leur pourcentage de compatibilité. On peut aussi affiner sa recherche, et chercher un emploi seulement avec des entreprises avec lesquelles ont ‘matche’ à plus de 75%.

Quels sont les succès de votre plateforme ?

Nous avons réussi à avoir a peu près une trentaine d’écoles partenaires. On travaille avec des écoles car notre cible candidats est surtout ceux qui sont en dernière année d’écoles de commerce et d’ingénieur. Nous ciblons aussi des candidats qui ont entre 5 et 7 ans d’expérience et qui cherchent un poste qui leur correspond davantage. Ces deux types de postulants ont le pouvoir de choisir l’entreprise dans laquelle ils souhaitent travailler car ils ont les diplômes et l’expérience qu’il faut. On est donc désormais à près de 15 000 candidats inscrits. Nous collaborons aussi avec plus de 300 entreprises comme TF1, Uber, Doctolib… En deux ans, nous avons eu plus de 1 300 matchs réussis, c’est-à-dire qui ont abouti à des embauches.

Pensez-vous avec MeetnMake, apporter une solution au problème du chômage ?

Oui cela fait partie de nos objectifs. Mais l’idée est aussi de permettre à des gens de pouvoir se découvrir de nouvelles opportunités. Souvent, des candidats viennent sur notre plateforme avec une certaine idée d’entreprise en tête. Ils veulent absolument travailler chez Google par exemple. Mais ensuite ils se rendent compte qu’ils sont davantage compatibles avec une petite structure plutôt qu’une grosse entreprise. Certains réalisent donc pourquoi ils n’ont jamais réussi à décrocher de job.

En février dernier, vous avez aussi décidé de créer « The Abventures ». En quoi cela consiste t-il ?

The Abventures est une web-série sur Youtube, où les internautes me proposent des expériences à vivre et je vais sur le terrain pour les réaliser. L’objectif est de me faire sortir de ma zone de confort. Les gens aiment me proposer des choses vraiment dingues. Je suis allé dans la jungle en Malaisie où j’ai fait un trek de huit jours. J’ai gravit le Mont Blanc, j’ai expérimenté la cryothérapie,  j’ai appris à cracher du feu, la langue des signes… En contrepartie je fais des vidéos en parlant de ce que j’ai appris, des difficultés que j’ai rencontrées. J’ai  encore près de 1300 expériences à réaliser.

Quel est l’objectif de ses expériences ?

J’espère à travers ses aventures pouvoir inspirer les gens à passer à l’action, à comprendre qu’ils sont capables de faire beaucoup plus de choses qu’ils ne le pensent. Je les invite à devenir des personnes « extra-ordinaires », à explorer leur potentiel.

Certains m’envoient aussi des vidéos avec leurs expériences. Par exemple, une personne avait le vertige et a réalisé un saut en parapente. Elle s’est finalement découvert une passion. J’espère donc que ces expériences pourront susciter des vocations chez les jeunes.