Abd al-Rahman Al-Kawakibi est un savant musulman connu pour sa lutte contre le despotisme. Il est parmi les premiers à aborder le panarabisme

Lancée officiellement, le 21 avril 2015, la fondation Al kawakibi ambitionne d’organiser un Forum mondial pour une réforme islamique en 2016. Inspirée de la réflexion d’Abd al-Rahman Al-Kawakibi entamée, il y a un siècle, cette fondation s’inscrit dans la lutte contre le terrorisme et la promotion d’un « islam éclairé ». Cette réforme aura-t-elle le même sort que les « réformes islamiques » précédentes ? 

Emboîter les pas d’Abd al-Rahman Al-Kawakibi

Félix Marquardt, l’un des initiateurs de la fondation Al Kawakibi, explique que cette organisation souhaite « prolonger une réflexion entamée il y a plus d’un siècle par Abd al-Rahman Al-Kawakibi » . En effet, Abd al-Rahman Al-Kawakibi était un réformiste syrien ayant vécu pendant le XIXe siècle. Il a reçu une éducation arabe et ottomane traditionnelle dans sa ville natale Alep. Son charisme a été remarqué dès son jeune âge par les autorités ottomanes ainsi que son leadership, ce qui lui a valu d’être surveillé de très près. Sa vie n’étant plus en sécurité après deux emprisonnements, il s’exile au Caire où il publie ses réflexions révolutionnaires pour l’époque.

Le panarabisme en lutte contre le despotisme

Abd al-Rahman Al-Kawakibi est un des premiers intellectuels arabes et musulmans à avoir abordé la notion de panarabisme. En effet, il expliquait la décadence de la civilisation islamique par le fait que les arabes ne soient pas au pouvoir. Dans son ouvrage « Umm al-Qura » (la mère des cités), il imaginait un congrès qui aurait réuni tous les grands savants et oulémas en vue de renforcer le lien des musulmans de par le monde.  En s’opposant aux autorités ottomanes avec le concept du panarabisme, Abd al-Rahman Al-Kawakibi luttait, entre autres, contre le despotisme du régime. Il appelait à une relecture des textes religieux et l’instauration d’un système juridique moderne.  Selon lui, le maintien des arabes hors du pouvoir est à l’origine du despotisme imposé par les autorités ottomanes de l’époque. Soucieux de l’avenir de l’islam et de la civilisation arabo-musulmane, il meurt en 1902. Les circonstances de sa mort sont, jusqu’aujourd’hui, douteuses.

La fondation Al Kawakibi vient donc se positionner clairement dans les projections de ce savant dans la mesure où le Forum mondial pour la réforme islamique pourrait rassembler les plus grands oulémas de nos jours en vue d’arrêter la décadence de l’islam et de renforcer la Oumma. Reste à savoir si la fondation partage réellement les mêmes ambitions, à suivre …

Source (ici)

Frédéric Geldhof

Laisser un commentaire