Abattoir municipal d’Alès : un « carnage quotidien »