Après le Juif qui avait été accusé d’avoir diffusé des tags antisémites, l’islamophobe qui envoie des menaces d’attentats, sous couvert d’islamisme, à des établissements scolaires. L’histoire avait fait moyennement rire… Des élèves s’étaient absentés après des menaces d’attentats diffusées dans plusieurs écoles.

Les menaces d’attentats, qui ciblaient les établissements scolaires en France, ont semé le trouble à travers le pays. Ces messages alarmants, souvent envoyés via les messageries internes des écoles, ont déclenché des évacuations, des confinements, et mobilisé les forces de l’ordre pour des vérifications de sécurité. Cette situation a créé un climat anxiogène perturbant non seulement les élèves et les enseignants, mais aussi leurs familles.

Le rectorat de Paris a signalé des alertes à la bombe dans une cinquantaine d’établissements, transmises via la messagerie « Paris classe numérique », certaines accompagnées de contenus violents. Des mesures ont été prises, comme la fermeture temporaire de la messagerie pour les élèves et le dépôt d’une plainte en cours.

Des écoles comme le lycée Augustin-Thierry à Blois et le collège Bucaille-Charcot à Cherbourg-en-Cotentin ont dû fermer temporairement suite à des menaces reçues par e-mail, entraînant l’intervention des équipes de déminage et des fouilles par la police.

Et si la presse parle finalement de (mauvais) canulars, on constate que, parmi les auteurs de ces alertes se trouvent des jeunes islamophobes. Comme un certain Carl C., 21 ans, qui avait cherché à se venger d’un utilisateur du forum Jeuxvideo.com et qui serait, selon l’enquête de police, « plutôt islamophobe ». Un comble quand on sait que, après les menaces, plusieurs personnes ont directement visé les musulmans.