Le Premier ministre de l'île de Guernesey a indiqué qu'il ne pouvait recevoir de réfugiés syriens à cause de l'islamophobie qui règne là-bas.

L’île britannique de Guernesey vient de refuser d’accueillir des réfugiés syriens. Les autorités affirment ne pas pouvoir assurer leur sécurité à cause de l’islamophobie bien ancrée sur place.

Sur l’île de Guernesey, on n’accueillera pas de réfugiés syriens. Pourquoi ? Parce que leur sécurité ne peut pas être assurée, à cause de l’islamophobie rampante. « Il y a bien sûr beaucoup d’islamophobie (…) sur l’île, et il serait difficile pour nous de garantir leur sécurité et leur stabilité ici, à Guernesey », a ainsi déclaré le week-end dernier à The Independent Jonathan Le Tocq, Premier ministre de Guernesey et… homme d’Eglise. L’Eglise anglicane est dominante sur cette île. Le dirigeant politique propose donc d’installer les réfugiés syriens « dans les autres parties du Royaume-Uni. » Au moins, c’est clair.

Preuve que l’Islam n’est pas du goût des habitants de l’île, une enseignante a été visée par des plaintes de parents d’élèves. La cause : elle avait demandé à ses élèves d’écrire une rédaction sous forme de lettre fictive pour annoncer à leurs parents qu’ils s’étaient convertis à l’Islam. Des parents qui ont pris la plume pour lui écrire qu’elle pouvait « enseigner les religions aux élèves par n’importe quel moyen », mais qu’elle devait « être extrêmement prudente lorsqu’(elle) leur demande de devenir musulmans. »

Yassine Bannani

Laisser un commentaire