Après avoir fait le tour des médias pour dénoncer les « séparatismes » et dire qu’il veut « imaginer une sécularisation de toutes les religions dans notre pays », Gérald Darmanin, nouveau ministre de l’Intérieur, a condamné « avec la plus grande fermeté les dégradations inacceptables qui ont visé la mosquée d’Agen ».

Des « actes odieux », selon lui, qui « sont contraires aux valeurs de la République ». Alors que le gouvernement relance sa volonté d' »assimilation » des musulmans dans la République, il dit cette fois son « soutien aux musulmans d’Agen ».

De son côté, la préfecture du Lot-et-Garonne condamne « fermement les dégradations et actes odieux commis » ce week-end, « en totale contradiction » avec « la liberté des cultes ».

Que s’est-il passé à Agen ? Une croix gammée et d’autres tags ont été retrouvés sur la façade du lieu de culte, dimanche matin. Ces tags ont été dessinés pendant la nuit. Outre une croix gammée, la préfecture a annoncé la présence de plusieurs autres dessins : « un doigt d’honneur et un sexe masculin ».

Une honte, selon Messaoud Settati, président de l’association des Musulmans de l’Agenais. Ce dernier indique, après étude des images de vidéosurveillance, qu’un homme seul est à l’origine de ses tags. « On ne peut pas savoir si c’est l’oeuvre d’une personne égarée, perdue, explique-t-il. C’est la première fois que nous avons ce genre d’actes d’injure » sur la mosquée.