La grande distribution va miser sur ce ramadan 2016 en proposant toutes sortes de produits. 350 millions d'euros vont être dépensés en France pour rompre le jeûne pendant ce mois sacré.

Comme chaque année, les supermarchés français misent sur le ramadan pour augmenter leurs profits. Mais n’assument toujours pas de vendre des produits halal…

350 millions d’euros. C’est la somme dépensée chaque année par les Français effectuant le ramadan dans l’Hexagone. Une consommation en hausse de 30 % pendant le mois sacré, selon le cabinet Solis, qui estime que 3 millions de Français musulmans observent le jeûne en France métropolitaine. Pour Abbas Bendali, du cabinet Solis, « les dépenses augmenteraient pendant ce mois jeûne, poussées par les offres alléchantes et les promotions mises en avant par la grande distribution. » En effet, les supermarchés misent sur ce mois pour faire exploser leurs ventes de produits halal : feuilles de brick, dattes et lait fermenté, en premier lieu.

Aldi propose du vin dans son catalogue spécial ramadan

Des enseignes de la grande distribution aux acteurs du « hard discount », tous s’y mettent à quelques jours du ramadan. Non sans une certaine hypocrisie. Car « les grandes surfaces sont encore rares à assumer leur entrée dans le marché halal », explique Lotfi Bel Hadj dans « La Bible du Halal ». Pour lui, « Carrefour, Auchan, Leclerc, acteurs ou non du halal, préfèrent vanter dans leurs publicités les ‘saveurs de l’orient’ que la ‘halalité’ de leurs produits, pour ménager leurs clients non musulmans notamment. » C’est le cas d’Aldi, qui propose dans son catalogue « Saveurs orientales »… du vin marocain !

Les distributeurs ne comprennent donc pas forcément tout au ramadan. Mais ils ont compris qu’il fallait, à ce moment précis de l’année, être présents. « Le marché (du halal) a poursuivi son développement, notamment dans le circuit GMS, en recrutant de nouveaux acheteurs sous l’impulsion d’un accroissement de la diffusion des offres mais également des actions publi-promotionnelles d’envergure conduites par certains acteurs du marché, concentrées autour de la période du ramadan », indique le cabinet Solis, qui assure que « ce sont les achats de viande qui pèsent le plus lourd dans le budget des ménages » lors de cette période.

Pierre Z. Lajarge

Laisser un commentaire