Contactez-nous
"Les huit salopards" de Tarantino. "Les huit salopards" de Tarantino.

Culture

Quentin Tarantino tape très fort avec ses « Huit salopards »

La promesse du dernier film de Quentin Tarantino, « Les Huit salopards », est largement tenue avec ce long-métrage captivant.

Publié

le

Avec « Les Huit salopards », Quentin Tarantino offre un film à couper le souffle. Nous l’avons vu et le résultat est à la hauteur de nos espérances.

Un coup de massue oui un coup de massue. Avec ses « Huit salopards », Tarantino le « sale gosse » frappe fort, très fort. Avec un casting composé des Tarantiniens historiques comme Mickael Madsen, Kurt Russell,Tim Roth ou Samuel Lee Jackson, auxquels il a ajouté Jennifer Jason Leight, « Les Huit salopards » avait déjà tout pour nous faire saliver. Tarantino a su offrir à ses acteurs des dialogues remarquables dans lesquels chacun d’entre eux pouvait laisser exploser son talent, pour le plus grand plaisir du spectateur.

Mettez tout ce beau monde dans une intrigue à la Agatha Christie sur fond de film mi-western, mi-horreur. Puis ajoutez la magnifique musique du maître Ennio Morricone qui va imprégner — et même « enduire » — le spectateur de cette atmosphère de traîtrise et de violence. Et vous obtenez un film qui deviendra forcément culte. Certes un film très violent, mais Tarantino s’adresse à des spectateurs qui font la différence entre la violence réelle et « sa violence » à lui, celle qu’il veut… fun.

Tarantino la joue presque comme Sartre

Mais au delà de son ultra-violence, le film offrira de belles surprises à un moment ou le cinéma peine justement à nous surprendre. La photographie est confondante: un arrogant format 70 millimètres et les extérieurs deviennent des plus enchanteurs. Ainsi, dans le seul et unique décors — chez Minnie — qui servira de huis clos et où toute l’action se déroulera, ce format donnera à chaque élément un relief particulier. L’utilisation des lumières sont de toute beauté. Et — plus important — pendant presque trois heures, un scénario bien ficelé. Car l’intérêt suscité par Tarantino arrive à nous faire surmonter une certaine lassitude.

Tarantino semble commenter directement l’Amérique, mais dans une allégorie où la petite mercerie de Minnie devient à elle seule l’Amérique toute entière. Et dans cet « enfer de blancs », Tarantino nous brosse, avec ses « Huit salopards », un portrait sans concession du pays d’Oncle Sam. Le huis clos de Tarantino, dans lequel la morale pourrait être « l’enfer c’est les autres », n’est pas sans nous rappeler le « Huis Clos » de Jean-Paul Sartre. Ou, pour aller plus loin, un certain « Banquet » de Platon.

« Les Huit salopards », un film de Quentin Tarantino, avec Samuel L. Jackson, Kurt Russell, Mickael Madsen, Tim Roth et Jennifer Jason Leigh.

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Lettre d’information

Restez dans l'actu avec LeMuslimPost

Facebook

Tweets

Publicité

A la une