Le centre de journalisme de l’université du Kent, en Grande Bretagne, a publié sur son blog  un billet sur les retombées médias liées à la polémique sur le halal de ces dernières semaines. Il note tout d’abord que, peut-être, les titres les plus controversés de ces dernières semaines concernaient Pizza Express et les points de vente qui vendaient de la viande halal sans en informer au préalable leur clientèle.

Le billet, rédigé par Jasmin Sahota, pose ainsi la question : S’agit-il vraiment d’une affaire purement commerciale, en rapport direct avec les intérêts du consommateur, ou d’une polémique raciste, comme l’a laissé entendre le célèbre artiste Russel Brand sur une de ses vidéos ?

Le début de la controverse halal

Rappelons que cette polémique a commencé par la chaîne de restaurants Pizza Express,  dans lesquels du poulet halal était vendu sans que le consommateur en ait eu connaissance. Quelques jours plus tard, nous découvrons que cinq grandes chaines de supermarchés distribuaient de la viande halal sans que cela soit mentionné sur le packaging. Il s’agissait de Asda, Sainsbury’s, Tesco, Marks & Spencer et Morrisons, qui ont par ailleurs admis vendre de la viande en provenance de Nouvelle-Zélande.

Concernant les retombées presse, l’auteur fait part des titrailles médiocres et alarmistes des grands journaux anglais : le « Sun » a par exemple titré : « le Secret halal », le Daily mail : « Des millions de personnes mangent du poulet halal sans le savoir ». Tous ces titres donnaient cette impression d’un désastre sanitaire qui touche le Royaume-Uni…

Le halal en Grande Bretagne et la rétention d’information

Ce qui n’est par contre pas précisé par ces médias, est que la viande dite « halal » qui est distribuée est traitée par électronarcose dans la grande majorité des cas, et que la seule différence avec une viande dite traitée de manière classique, est le fait que l’animal est simplement béni pendant son égorgement.

En soi, il est bien évidemment important que le consommateur soit informé de ce qu’il y a dans son assiette. Mais la manière dont est traitée cette question par les grands médias nationaux britanniques laisse perplexe. Car il ne s’agit pas seulement d’une critique de l’étiquetage des produits, mais d’une attaque en bonne et due forme de la religion musulmane.

Des médias plus sérieux que les tabloïds, comme le Guardian ou le Washington Post ont relativisé l’affaire. L’artiste Russel Brand est allé encore plus loin en critiquant carrément le racisme sous-jacent des grands titres anglais.

Que cache la polémique sur le halal en Grande Bretagne ?

Il est évident que les consommateurs doivent savoir ce qu’ils mangent et doivent être informés de tout cela via le système d’étiquetage. Mais de quoi a-t-on parlé exactement ces deux dernières semaines en Angleterre ? D’un problème sanitaire ? D’une question liée au bon ou mauvais traitement des animaux ? Non. Il ne s’agissait uniquement que de l’Islam, en se servant du prétexte de la viande halal et ceci pour une simple raison : dans la mesure où les animaux sont égorgés dans le respect des règles sanitaires et dans le respect de l’animal (en effet celui-ci étant étourdi par un courant électrique avant d’être égorgé), pourquoi tant de polémique ?

La question reste en suspens, à chacun sa réponse, mais pour nous elle semble claire : l’objectif est d’assaillir une communauté pour vendre du papier…

 

Crédit photo : Chrisloader (CC BY SA)

Yassine Bannani

Laisser un commentaire