Les potentiels économiques de Dubaï dans le secteur de l’économie Islamique par Joy Abdullah, expert en organisation. Un vaste programme.

Datuk Seri Jamil Bidin, directeur général de développement de l’industrie halal (HDC) a annoncé que d’ici 2017, la Malaisie sera en capacité de fournir les premiers vaccins halal. Ces vaccins ne contiendront pas de composants de porcs ou d’animaux non abattus selon les rites islamiques.

Ces vaccins concernent essentiellement la méningite, l’hépatite et les infections à méningocoque. Rappelons que le vaccin contre la méningite est recommandé pour les personnes se rendant en Arabie Saoudite, notamment dans le cadre du hajj ou de la Omra.

Le vaccin halal : un besoin spirituel

Le vaccin halal devra apporter une satisfaction spirituelle et une assurance médicale. Deux éléments à lier dont on pourrait certes être étonné. Mais il ne s’agit pas uniquement de business. Les attentes d’une partie des musulmans dans ce domaine sont non négligeables. En effet, il est légitime de ne pas vouloir se voir injecter des produits non reconnus comme licites par la religion.

Selon Datuk Seri Jamil Bidin, le directeur du Halal Development Corporation (HDC) : « les vaccins sans porc seront en forte demande, non seulement parmi les musulmans mais aussi les non-musulmans », a-t-il indiqué à la presse Malaisienne.

Une petite révolution médicale dans le monde du halal… Mais une autre affaire concernant cette fois-ci, non pas les vaccins, mais des médicaments et des compléments alimentaires a vu le jour récemment.

Renforcement de la loi sur la labélisation halal des médicaments ?

L’association des consommateurs de Penang, toujours en Malaisie, a exhorté le gouvernement à renforcer la loi sur la labélisation halal des médicaments. Le président de l’association des consommateurs, Mohamed Idris, a indiqué que certains médicaments contre la diarrhée généralement prescrits par les médecins contiennent du porc et sont toujours disponibles en Pharmacie.

Les compléments alimentaires non halal exclus des vaccins

Il a par ailleurs indiqué aux journalistes que « en outre, les vitamines populaires comme les multivitamines Centrum, qui ne nécessitent pas de prescriptions de la part d’un médecin, contiennent des traces de viandes bovines et sont largement consommées par les musulmans, sans préciser si la vache a été abattue selon les rites islamiques ».

Les multivitamines Centrum sont en effet très appréciées en tant que compléments alimentaires dans les quatre coins du monde. Mais il s’agit toujours de substances ingérées contenant des composants animaux dont l’origine n’est pas halal.

Peut-on alors dire qu’il est illicite de consommer ces compléments alimentaires? En principe oui : puisqu’ils sont ingérés au même titre que n’importe quel type de nourriture. Mais la frontière entre médicament et nourriture est mince.

Alors, comme il vaut mieux prévenir que guérir, l’usage de labellisations claires auprès des consommateurs est essentiel d’un point de vue strictement religieux.

NDLR : attention, vous devez absolument suivre les prescriptions médicales si vous suivez un traitement. Cet article n’a en aucun cas pour but de vous inciter à ne pas suivre les indications de votre médecin ou les indications de vaccination.

 

Crédit photo : Grook Da Oger (CC BY SA)

Yassine Bannani

Laisser un commentaire